FANDOM


Le Gôken Do (Voie du Poing Protecteur) est un art martial enseigné en Pandarie.

Il est idéal pour les races entièrement versés dans les arts martiaux, puisqu'il nécessite beaucoup de stamina dans sa pratique afin d'exécuter des techniques surpuissantes et surtout très risquées sans un entraînement draconien.

Principes et philosophie Edit

"Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer ; il ne suffit pas de vouloir, il faut agir."
Le Gôken Do est largement inspiré des arts martiaux pandaren qui est d'ailleurs essentiellement un mélange de styles de combat. La position de combat typique est les deux pieds parallèles et le dos de la main droite tourné vers l'adversaire. Il se focalise sur les dégâts physiques externes avec pour but de briser les os de l'ennemi et d'ouvrir des plaies. Il se pratique à mains nues mais aussi avec des nunchakus et s'adapte à des situations variées. Cela demande donc de la force en plus du savoir-faire et beaucoup de vitesse.

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un style de combat, le fondateur ne croyait plus aux dogmes et styles de combats pré-établis et figés par leurs fondateurs des années auparavant, mais croyait plutôt à un concept englobant des stratégies de combat. Après avoir étudié de nombreux arts martiaux principalement du Royaume de l'Est, il en a absorbé ce qui fonctionnait selon lui. Le fondateur ne voulait pas uniquement faire évoluer sa propre pratique martiale issue des enseignements Pandaren pour sa remarquable efficacité, mais compenser les limitations de ce style qu'il trouvait trop défensif et qui ne s'appliquait pas en longue distance.

Le principe est d'intercepter les mouvements de l'adversaire avant qu'il ne touche, d'arriver premier en partant second, il n'y a pas de blocage ou de réponses en deux ou trois temps (le blocage et la frappe sont toujours simultanés) mais bien un seul mouvement/réponse exécuté dans le même temps, soit la réponse la plus directe atteignant le ou les adversaires grâce à un minimum de mouvements.

Le fondateur voulait qu'on s'inspire de ces principes sans créer un enseignement de masse. Il a par ailleurs demandé à ses élèves instructeurs de fermer ses écoles afin de ne conserver que des groupes d'élèves fermés pour travailler en petit nombre afin de garder la qualité et l'esprit de ce qu'il considérait comme sa voie martiale.

Community content is available under CC-BY-SA unless otherwise noted.